Tous les articles par admin9278

Place Thiers : peut mieux faire !

Avez-vous vu la nouvelle place Thiers et son nouveau revêtement en bitume noir ?

Le bitume est composé essentiellement d’hydrocarbures avec tout ce que cela implique de produits nocifs pour l’homme et l’environnement. Dès lors on peut se poser la question de la bonne idée de s’en servir sur la place principale d’une station balnéaire en 2019. Aujourd’hui le développement durable doit être intégré dans chaque phase d’équipement d’une municipalité, encore plus si son activité économique est dépendante de son environnement naturel.
Selon des études récentes, une des caractéristiques du bitume est que ce revêtement entraine en zone urbaine des élévations de température de l’air ambiant. Or plus l’air est chaud plus les locaux professionnels consomment de l’énergie en climatisant (tout en produisant de l’air chaud à l’extérieur via les pompes à chaleur air/air) :

le cercle vicieux s’installe !

Une des autres caractéristiques du bitume est d’être étanche, ce qui peut être un avantage dans certaines situations, mais qui est à proscrire dans le cadre d’une commune qui s’hyper-urbanise : où va aller l’eau retenue en surface ? Dans les égouts me direz-vous et vous avez raison lorsque vous avez affaire à des pluies classiques. Mais lors de pluies orageuses ? Vous avez dû le remarquer ces derniers étés, il y a de plus en plus de précipitations orageuses importantes. Dans ces situations il n’a pas été rares de voir des caves et parkings inondés. Cette eau qui ne peut plus infiltrer le sol va se déverser dans le bassin, chargée de polluants urbains qu’elle aura récupéré sur les voiries.
Alors qu’il y a une prise de conscience sur la végétalisation des centres villes dans le monde entier, l’équipe municipale d’Arcachon fait marche arrière : des arbres coupés (centenaires pour certains) ne sont pas remplacés ce qui fait des zones d’ombrage moins importantes, les trottoirs sont refaits avec des margelles de grandes dimensions, étanchéifiant de fait encore plus les sols. Le contraste est saisissant quand on traverse le Bassin depuis le Cap Ferret et que l’on arrive sur cette Place Thiers. Le Cap Ferret a compris, lui, depuis longtemps, l’intérêt de garder un environnement naturel dans ses centres villes.

Quand à l’esthétique, il y a des aménagements prévus afin de “décorer” cet espace et le rendre moins artificiel, du moins en surface.
On a tendance à dire que tous les goûts sont dans la nature : de nos jours, moins de nature c’est déjà une faute de goût et ce n’est qu’une conséquence minime de l’hyper-urbanisation …

Nicolas JOUSSE